La marche rapide permet de ralentir le processus de vieillissement biologique

Voici un article publié par Azur Sport Santé datant du 27 avril 2022 :

« Une nouvelle étude des données génétiques portant sur plus de 400 000 adultes britanniques a effectivement révélé un lien clair entre le rythme de marche et un marqueur génétique de l’âge biologique.

Les chercheurs de l’université de Leicester au National Institute for Health Research (NIHR) ont étudié les données génétiques de 405 981 participants d’âge moyen et ont constaté qu’un rythme de marche plus rapide, indépendamment de la fréquence de l’activité physique, était associé à des télomères leucocytaires (LTL) plus longs.

Les télomères sont les “capuchons” situés à l’extrémité de chaque chromosome et contiennent des séquences répétitives d’ADN non codant qui protègent le chromosome contre les dommages, de la même manière que le capuchon situé à l’extrémité d’un lacet de chaussure l’empêche de se défaire.

Chaque fois qu’une cellule se divise, ces télomères raccourcissent, jusqu’au moment où ils deviennent si courts que la cellule ne peut plus se diviser, ce que l’on appelle la “sénescence réplicative”. C’est pourquoi les scientifiques considèrent la longueur des télomères comme un marqueur fort de “l’âge biologique”, indépendant de la date de naissance d’un individu.

Bien que la relation entre la longueur des télomères et la maladie ne soit pas entièrement comprise, les scientifiques pensent que l’accumulation de ces cellules sénescentes contribue à une série de symptômes associés au vieillissement, comme la fragilité et les maladies liées à l’âge.

Si les bienfaits physiques, mentaux, sociaux et sanitaires de la marche sont bien démontrés, cette étude est l’une des premières du genre à comparer les données génétiques avec les vitesses de marche autodéclarées, ainsi qu’avec les mesures réelles de l’intensité des mouvements, effectuées par les dispositifs de suivi de l’activité portés par les participants.

Le Dr Dempsey, maître de conférences et chercheur à l’Université de Leicester ainsi qu’au sein du NIHR Leicester Biomedical Research Centre, faisant lui-même partie du University Hospitals of Leicester (UHL) NHS Trust, est également auteur principal de l’étude publiée dans Communications Biology. Il a déclaré :

Les recherches précédentes sur les associations entre le rythme de marche, l’activité physique et la longueur des télomères ont été limitées par des résultats incohérents et un manque de données de haute qualité.”

Cette recherche utilise des données génétiques pour fournir des preuves plus solides d’un lien de causalité entre un rythme de marche plus rapide et une plus grande longueur des télomères. Les données provenant des dispositifs de suivi de l’activité portés au poignet, utilisés pour mesurer l’activité physique habituelle, confirment également le rôle plus important de l’intensité de l’activité habituelle (par exemple, une marche plus rapide) par rapport à la longueur des télomères. Cela suggère que des mesures telles qu’une vitesse de marche habituellement plus lente constituent un moyen simple d’identifier les personnes présentant un risque accru de maladie chronique ou de vieillissement malsain, et que l’intensité de l’activité peut jouer un rôle important dans l’optimisation des interventions. Par exemple, en plus d’augmenter le niveau de marche globale, les personnes pourraient avoir pour objectif d’augmenter le nombre de pas effectués dans un temps donné (par exemple en marchant plus vite jusqu’à l’arrêt de bus). Toutefois, cela nécessite une étude plus approfondie.”

En parallèle, des chercheurs de l’Université de Leicester ont précédemment montré, en utilisant la UK Biobank, une base de données biomédicales, que la pratique de 10 minutes de marche rapide par jour est associée à une plus grande espérance de vie, et que les marcheurs rapides ont une espérance de vie jusqu’à 20 ans supérieure à celle des marcheurs lents.

Cette nouvelle étude démontre un lien de causalité entre la marche rapide et la longueur des télomères et, de manière significative, pas l’inverse.

Tom Yates, auteur principal de l’étude et professeur d’activité physique, de comportement sédentaire et de santé à l’université de Leicester et au NIHR Leicester Biomedical Research Centre, a ajouté : “Bien que nous ayons précédemment montré que le rythme de marche est un indicateur très fort de l’état de santé, nous n’avons pas été en mesure de confirmer que l’adoption d’un rythme de marche rapide entraîne effectivement une meilleure santé. »

Source : Stop the clocks: Brisk walking may slow biological ageing process, study shows | University of Leicester