L’hiver, chaque marche est une affaire !

marche + hiver

L’arrivée de l’hiver et du froid peut en décourager plus d’un pour aller s’aérer. Cependant, l’action du froid pendant une activité physique telle que la marche est, à bien des manières, bénéfique.

Tout d’abord, le froid à cette action antalgique soulageant des douleurs musculaires et articulaires. De plus, avec des températures frôlant le zéro, la circulation sanguine s’accélère (notamment pour réchauffer le corps). Elle vivifie alors tout le corps (exemple des joues roses) mais aussi tout notre système veineux : cela favorise les échanges sanguins (les effets sont, par exemple, bénéfiques pour éliminer les sensations de jambes lourdes).
Stephanie NAULLS, kinésiologue agréée, nous affirme, lors de son interview pour Women’s Cardiovascular Health Initiative, que « Lorsque nous inspirons de l’air froid, notre corps a besoin de le chauffer, ce qui exige de l’énergie. Quand vous ajoutez à ce processus une activité physique – marcher, porter des sacs d’épicerie, etc.- vous dépensez une plus grande quantité d’énergie que par température modérée ». En effet, l’organisme combat les baisses de température pour maintenir la température corporelle à 37°C : il usera donc plus de calories. Par suite logique, le corps va alors gagner en endurance !

Enfin, les effets du froid sur le moral vont rendre l’action de la marche encore plus intéressante. Le froid est connu pour diminuer la tension, diminuer la fatigue, les insomnies et surtout, pour favoriser les humeurs positives au détriment des pensées négatives. Combinez alors ce froid avec votre marche quotidienne, et vous obtiendrez là un fabuleux cocktail anti-dépresseur !

À noter : n’omettez pas de vous couvrir pour sortir pendant ces fraiches températures (surtout vos extrêmités). En effet, si vous n’êtes pas suffisamment habillés, le corps risque de ne pas combler toute sa perte de chaleur et vous perdrez alors les effets bénéfiques de votre marche hivernale.