Résultats de l’Etude d’Utilité Sociale du programme D-marche

Étude D’Utilité Sociale du programme D-marche

Résumé

L’étude d’utilité sociale du programme D-marche a été menée par Annie DUCHON du cabinet Ensanté (selon 5 champs : économique – politique – social – environnemental – épanouissement personnel) par le biais de questionnaires en s’appuyant sur des données de la base internet. Cette étude a été conduite en s’inspirant largement des fondements proposés par l’AVISE.

Il s’agissait de mettre en lumière les multiples services non marchands (non évaluables selon les indicateurs économiques habituels) que les acteurs de ce programme apportent à la société et à l’économie.

Les idées fortes

               Le concept de la D-marche est porté par la conviction d’une prévention de la santé tant individuelle que collective qui est source de meilleure qualité de vie et de mieux-être pour tous.

Son originalité est de faire évoluer les comportements de manière durable. Il est adaptable à tous les âges, toutes les catégories socio-culturelles et aux personnes atteintes d’affections chroniques. Il valorise la pratique en groupe.

Le programme répond aux préconisations des programmes en Santé Publique. Il s’inscrit dans une démarche de promotion de la santé. Décliné sur un territoire donné, il développe des partenariats qui permettent d’articuler le sanitaire et le social. Il tend à rendre chacun (financeurs, partenaires et bénéficiaires) acteur d’une démarche de prévention commune partagée.

Évolution des comportements et ambition

Le programme favorise une évolution des comportements. Sur l’échantillon considéré de 236 personnes, 87% disent que le programme D-marche les a motivé à marcher davantage. Ils ajoutent qu’il leur a permis de faire un bilan personnel et qu’il incite à la progression. 84% répondent que la marche est désormais intégrée à leur mode de vie.

La source de motivation principale est amenée par le podomètre (remis pendant la formation initiale) offrant un retour direct sur l’activité quotidienne pour 95% de l’échantillon. Dès le premier mois d’utilisation, 57% constate une différence grâce à l’utilisation du podomètre. Ils marchent plus et mieux.

La D-marche permet à chacun de s’accomplir. De là nait une ambition au maintien et/ou à la progression de son activité quotidienne propre : 60% des personnes ont pu se fixer des objectifs et parmi elles, 60% les ont atteints et 31% les ont dépassés.

Être acteur : responsabilité individuelle et collective

Le concept de la D-marche permet à chacun de s’investir et de se responsabiliser dans une démarche préventive de santé individuelle et collective.

  1. Responsabilité en santé

La santé pour le public de la D-marche est avant tout une affaire de mode de vie, elle dépend de la responsabilité de chacun : 88% des D-marcheurs adoptent cette pensée. La participation au programme a alors amené 42% des répondants à s’intéresser à d’autres aspects de la santé. En effet 46% répondent qu’ils ont modifié leur comportement en matière d’alimentation, 6% en matière de médication et 2% leur consommation de tabac.

  1. Action Eco – Citoyenne

Les enjeux environnementaux liés au réchauffement climatique exigent de promouvoir la « mobilité douce » c’est-à-dire les déplacements qui n’ont recours qu’à l’énergie humaine comme la marche et le vélo, et de favoriser les transports en commun. La participation au programme a amené les personnes à modifier leur mode de déplacements : 72% font davantage de déplacements à pied et 44% disent avoir diminué l’utilisation de leur véhicule automobile.

On note un intérêt nouveau pour certains concernant l’environnement, qui se disent être désormais plus sensibles aux problèmes d’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite dans l’accès aux espaces publics.

La D-marche participe à son niveau à une sensibilisation sur l’environnement : impact sur leurs modes de transports, implication dans l’aménagement urbain… mais aussi auprès des décideurs. Il offre la possibilité d’exercer une fonction citoyenne pour l’amélioration du cadre de vie, de la sécurité des déplacements et sur le respect des espaces urbains et naturels.

Qualité de vie ressentie 

La D-marche offre un retour à long terme sur son activité. Il est donc possible pour les D-marcheurs d’évaluer les bienfaits propres que leur apporte la D-marche. Il en est ressorti que 67% des bienfaits perçus correspondent à une amélioration de la santé physique corrélée à une sensation de bien-être et de plaisir. Les outils utilisés pour le programme donnent du sens et une  valeur à la marche. Les impressions qui s’en dégagent : intérêts nouveaux, vitalité, enthousiasme… « une impression générale de quelque chose qui justement est en mouvement ».

Le programme D-marche améliore la qualité de vie, le sentiment de bien-être, la confiance en soi et l’estime de soi.

 Conclusion

Au terme de cette évaluation nous pouvons affirmer que ce programme, de par sa conception, dispose de nombreux atouts rarement présents ensembles, dans les programmes de promotion de la santé telle que la capacité à mobiliser et à rendre chacun acteur.

Le programme D-marche a été conçu pour un déploiement qui s’appuie sur des structures partenaires à différents niveaux. Le programme a vocation à se décliner sur l’ensemble du territoire national et est surtout accessible à tous.

Chacun de nos pas compte, pour nous même, mais aussi pour le collectif dont nous faisons tous partis.