Bien marcher, c’est le pied !

Bien marcher, c’est le pied !

Thierry MAQUET, UPEC

Le pied est au marcheur ce que la voiture est au pilote automobile. Il s’agit d’une mécanique de précision complexe qui doit être préparée et entretenue aussi bien de l’intérieur que de l’extérieur. Véritable organe de la locomotion, il a besoin d’être protégé et bien équipé.
Bref inventaire non exhaustif des pathologies d’un pied maltraité et prévention.

Des os et des articulations.

Le pied est composé d’une mosaïque de petits os. On peut schématiquement distinguer 3 zones (Tarse, Métatarse et Orteils).Chacun de ces éléments peut être le siège de fractures, fêlures (suite à un choc ou fracture de fatigue suite à une sollicitation inadaptée) ou d’entorses moins invalidantes que l’entorse de la cheville, mais qui rendront la marche douloureuse lors du déroulé du pied. La prévention de ces pathologies passe par une sollicitation régulière et progressive qui renforcera la solidité des os et la stabilité des articulations. Une douleur prolongée et récurrente au niveau du pied doit néanmoins nous inciter à consulter un podologue. 
Le maintien et la mobilité de cette architecture complexe sont assurés par les ligaments, les tendons et les muscles.

Des muscles et des tendons

De par son architecture, le pied est en mesure de se déformer, de s’orienter dans les différents plans de l’espace afin de s’adapter aux irrégularités du sol. Tous les mouvements de la cheville et du pied sont assurés par les muscles situés au niveau du mollet et du pied. Ces muscles plutôt endurants, ont pour fonction la stabilité et la propulsion lors de la locomotion. Mais lorsque l’on se met subitement à faire de longues marches, il n’est pas impossible que l’absence de phase d’adaptation engendre des réactions inflammatoires au niveau des tendons de la voûte plantaire, des fléchisseurs des orteils ou des fléchisseurs du pied. Là encore, le fait de marcher régulièrement sur des terrains variés permettra d’éviter ce genre de désagréments.

Des capteurs sensoriels et un système d’amortissement

Le pied est doté d’un système d’amortissement propre et d’un ensemble de capteurs qui nous permet de réguler notre posture et notre équilibre. Pour protéger le pied, il existe de véritables coussins graisseux placés au niveau de la sole plantaire et qui s’écrasent sous la pression du poids du corps. Les années et des chaussures trop molles peuvent endommager cette belle mécanique. Ainsi, pour le choix de bonne paire de chaussures pour la marche, on pourra recommander de s’orienter plutôt vers une semelle peu amortissante et moyennement épaisse afin de ne pas anesthésier les capteurs plantaires tout en protégeant la plante du pied des irrégularités du terrain. Il est ensuite nécessaire qui chacun trouve la chaussure qui convient le mieux à l’anatomie singulière de son pied en prenant en compte qu’en aucun cas la partie avant du pied ne doit être comprimée.

Références :

Philippe BOULIER, biomécanique de la cheville et du pied, www.philippeboulier.com
Philippe VILLENEUVE, choisir des chaussures pour le sport, Revue SSPP n° 17